Courir un marathon ? Pas maintenant.

Hey!

 

J’espère que vous allez bien ! A part si vous étiez sur la lune ce week-end, je pense que vous n’êtes pas passé à côté de l’évènement du weekend : le Marathon de Paris ! 😉 Quelques jours après cette course mythique, j’avais envie d’écrire sur le sujet car ce dimanche j’ai pris conscience de quelque chose d’important : non, je ne veux plus courir de marathon maintenant. Je vous invite également à consulter l’article de ma copine d’Amandine qui nous rappelle que « Courir son premier marathon à 25 ans, c’est pas automatique« . Vous l’aurez compris, aujourd’hui c’est un « article d’humeur« , chose que je fais rarement ici mais qui me tient à cœur aujourd’hui.

Alors attention avant toute chose, que les choses soient claires : j’admire toutes ces personnes qui sont allées au bout d’eux-mêmes ce dimanche et qui ont, pour la plupart, relevé le défi d’une vie (je préfère éviter tout quiproquo).

Avant dimanche, j’imaginais vraiment prendre un dossard pour un marathon dans ma région en 2018. Seulement, le Marathon de Paris m’a ouvert les yeux sur différentes choses qui me poussent à dire : non, non, non le marathon ça ne sera pas pour moi, pas maintenant… alors que je vois déjà de nombreuses personnes prendre leur dossard pour l’édition du MDP de 2018. 

Toujours plus ?!

J’ai conscience qu’à l’heure des réseaux sociaux et du toujours plus haut/plus fort/plus loin, affirmer cela peut paraître étrange. Et justement, c’est bien pour ça que je voulais m’exprimer sur ce sujet. Suivre les exploits de chacun via Instagram m’a fait prendre conscience que non, le marathon c’est looooooooooin d’être anodin. Certes, lorsque l’on fait partie de cette communauté de sportifs connectés, on pourrait croire que TOUT LE MONDE court un marathon, tellement nous sommes inondés de médailles et CR plein de joie et de fierté depuis ces derniers jours. Mais ce n’est pas la vérité.

Les personnes qui courent des marathons, ça ne court pas les rues et il faut en avoir conscience. On ne se lance pas dans un marathon parce que c’est la mode, parce que les personnes que l’on suit sur IG se sont inscrites, parce que notre pote l’a couru l’an dernier et pas nous… Enfin pas selon moi. C’est une épreuve traumatisante pour le corps pendant laquelle il peut se passer énormément de choses : même des mecs (ou des nanas) ultra entraîné(e)s qui bouffent du kilomètres comme des dingues peuvent se planter durant leur marathon ! Personnellement, j’ai tout cela bien en tête, d’autant plus depuis dimanche dernier.

Fausse runneuse ?

Dire que je ne souhaite pas courir un marathon, ce n’est pas faire aveu de faiblesse, cela ne fait pas de moi une fausse runneuse, une imposteur ! Le marathon me tente, depuis longtemps déjà. J’ai envie de me confronter à cette distance, m’investir dans une prépa stricte et vivre des émotions uniques. Mais je reste lucide : je ne me sens pas prête car je sens que trop d’objectifs ne sont pas atteints sur des distances plus courtes (pour ma part, je pense au sub 50′ au 10KM ou au sub 2h au 21.1KM qui sont des objectifs personnels évidemment) ou dans d’autres disciplines que je souhaites explorer. Je pense ne pas être assez expérimentée pour me confronter à une telle épreuve qu’est le marathon.

Selon moi, le marathon doit être le point culminant de la pratique d’un runner qui aurait déjà pas mal exploré les niveaux précédents (#phraseincompréhensible #maisjemecomprendsc’estl’essentiel). Beh oui, je me vois mal courir un marathon alors que je suis encore inexpérimentée sur semi… J’imagine mon premier marathon comme la cerise sur le gâteau, le clou du spectacle, le coup de grâce et j’espère le vivre avec le moins de souffrance possible (même si souffrance il y a inévitablement au cours d’un marathon) : il faut donc selon moi du recul sur sa pratique et une certaine maturité pour cela (bahhhhh oui pourquoi pensez-vous que la moyenne d’âge du marathon est de 41 ans ?).

D’autres défis ?

Dire que je ne souhaite pas courir de marathon ne signifie pas que j’abandonne tout « défi », loin de là ! Je souhaiterai évidemment continuer à progresser sur 10KM mais surtout sur semi (ma distance coup de cœur depuis février). En ce moment, je trouve vraiment mon compte sur une distance telle que le semi-marathon qui demande une préparation certes, mais qui reste une distance « raisonnable » pour le corps. Je suis consciente que j’ai une marge de progression importante avant de relever le challenge des 42,195KM et ça me satisfait totalement

Surtout, je suis loin de m’ennuyer dans ma pratique sportive puisque je m’initie petit à petit au triathlon alors autant vous dire qu’entre mes débuts en cyclisme et mon crawl de débutante, j’ai d’autres choses à penser !!! :-p Pour l’instant, je fais le choix d’expérimenter des disciplines qui me sont inconnues et de prendre du plaisir en redécouvrant des sensations de « débutante ». Je préfère la variété finalement ! Et je pense que cette tendance est due à mes blessures à répétition qui m’ont appris à pratiquer d’autres sports que toujours la course à pied.

Alors oui, j’aime courir plus que tout mais j’aime aussi le fitness, la musculation et j’apprends à aimer le vélo et la natation : je suis à l’équilibre quand je peux pratiquer tous ces sports et je ne me sens pas encore de me fixer un si grand défi qu’un marathon (je pense que ça vous l’aviez compris à force haha). 

Conclusion ?

Evidemment, toute cette réflexion n’engage que moi. Vous pouvez avoir 20 ans, vous sentir d’attaque pour un marathon et le réussir haut la main é-vi-dem-ment. Je vous dis juste de ne pas céder aux sirènes des réseaux si vous ne vous sentez pas prêt(e)s au plus profond de VOUS (ce qui est clairement mon cas). Un marathon doit être réfléchi, doit être fait par envie et surtout doit être précédé d’une préparation bien spécifique pour vivre l’épreuve le plus sereinement possible. La prépa est d’ailleurs pas à sous-estimer : il s’agira de plusieurs mois d’investissement très important pour lesquels certains ne sont tout simplement pas prêts (moi la première je pense)…

Pour finir sur cet article sans queue ni tête, je dirais que retarder son inscription à un marathon ce n’est sûrement pas un échec surtout si c’est pour mieux s’y préparer 😉


J’espère que vous n’avez pas été trop perdu(e)s dans cet article hihi. Dites-moi ce que vous en pensez , ça m’intéresse beaucoup 🙂 Si vous êtes finisher d’un marathon (je me répète), sachez que je vous respecte dans tous les cas. Bravo à vous ! On se retrouve bientôt pour un nouvel article. Prenez soin de vous, 

Signature

Publicités

4 commentaires sur « Courir un marathon ? Pas maintenant. »

  1. Hello Pauline,
    Tu as totalement raison dans ton article ! Un marathon ce n’est pas une décision qu’il faut prendre à la légère… Et encore moins une « mode » à suivre !
    Je sais que personnellement je ne regrette pas mon choix, mais il n’était en aucun cas motivé par les réseaux sociaux… Et je savais que cetait le bon moment pour moi, et tout simplement je me sentais prête à relever le défi, chacun ressent ça à des ‘niveaux différents dans sa pratique 🙂
    En tout cas tu as raison de ne pas te précipiter, de profiter d’autres sports, de t’eclater sur de plus courtes distances 🙂
    Et un jour tu t’eclateras sur 42,195km 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Pauline pour cet article que j’ai beaucoup apprécié lire. C’est vrai que beaucoup de personnes que je suis sur Instagram font des marathons et autres longues distances, et parfois ça peut nous « mettre la pression ». On se dit qu’on devrait le faire aussi.
    Mais comme toi, je me sens bien loin d’être prête à courir une telle distance. Pour l’instant, objectif semi marathon ce sera déjà bien 😉 Et effectivement, on n’a pas tous les mêmes objectifs. Comme toi, j’adore faire d’autres sports à côté aussi, c’est bien de varier les plaisirs. Je préfère mettre l’accent sur la diversité plutôt que de tout miser sur la course à pied.

    Bref, tu devrais faire des articles « humeurs » plus souvent 😉

    A très vite,
    Léa

    Aimé par 1 personne

  3. Comme tu as raison! Tous les runneurs ne DOIVENT pas faire un marathon! Chacun ses envies, déjà, et puis aussi son niveau, son âge, son expérience, ses priorités….mais c’est vrai que les réseaux nous mettent la pression, alors qu’il faudrait qu’ils ne nous donnent QUE la motivation… Mais le but, finalement, c’est de prendre soin de nous et de nous faire plaisir! Pas de surenchérir! Prends ton temps, et si l’envie de courir cette distance hyper exigeante ne vient jamais, aucune importance!

    Aimé par 1 personne

  4. Ahhh j’ai eu La même impression que toi. Sensation de flippe totale pour mes amies, les larmes aux yeux voyant la souffrance de certains runners avertis et de longue date au km 30-32.
    J’ai vu les finishers tituber. Clairement c’est une épreuve de dingue. Je n’ai pas compris sur le coup.
    Pourtant courir c’est une passion. Mais un marathon, pour moi c’est clairement le résultat d’une longue préparation et d’une volonté de fer.

    Pourtant une amie me propose de le faire cette année, moi qui m’étais jurée de ne « JAMAIS » en faire à l’inverse de toi.
    Je ne sais pas si je le pourrai mon moral n’est pas au beau fixe en ce moment, trop de challenges sur tous les plans.
    Mais en même temps, un vrai challenge me permettrait de ne plus me fixer sur les « petits ». Un challenge à relever pour oublier des bobos de La vie.
    Bref, je vais acheter mon dossard, me préparer, j’ai La certitude que je n’ai pas l’envie de finir. Donc on verra bien ce que Avril 2018 me réservera 🙈
    PS Je pense que tu es censée et tu as tellement raison !!
    Wait and see…
    Bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s